Live Reports & Pics

METZ + Crows (27/10/15) – La Maroquinerie

Pas la première fois qu’on chronique METZ chez Spin The Black Circle (+ interview à lire ici), et quelque chose nous susurre que ce n’est pas non plus la dernière…

Mais avant tout arrêtons-nous sur la clairvoyance qui nous a fait arriver tôt ce soir à la Maroquinerie. Les quatre londoniens de CROWS ont collé une belle trempe à nos oreilles : certes les enceintes crachaient particulièrement fort, mais la conviction et la férocité de leur prestation a convaincu les chanceux qui ont pu les découvrir ce soir. La recette est pourtant simple : guitare, basse, batterie, vocaliste possédé. Le frontman James Cox en perte d’équilibre constante se retient à ses deux pieds de micro comme à des béquilles, le regard habité par une force magnétique. On y trouverait des airs fragiles de Ian Curtis, et pourtant on se demande comment il a niqué à ce point les bouts de ses Doc coquées. Son corps long et frêle bouscule l’auditoire absorbé lors de quelques incursions en fond de salle, tandis que Steve Goddard, Lawrence V. Rushworth et Jith Amara tabassent sur scène comme des forcenés… Si CROWS a également été programmé en support de SLAVES, GIRL BAND, PARQUET COURTS ou SLEAFORD MODS entre autres, on n’est absolument pas surpris ; ces jeunes rageux les talonnent avec talent.

DSC08228 crows

DSC08318 crows

DSC08310 crows

DSC08307 crows

DSC08303 crows

DSC08295 crows

DSC08292 crows

DSC08288 crows

DSC08324 crows

DSC08327 crows

DSC08330 crows

Toujours courts néanmoins intenses, les sets de METZ ne laissent pas grand monde indemne non plus. Plus précisément, et de notre point de vue dans la salle, considérant notamment nos quelques bleus et écorchures, ce concert était plutôt agité. Les metalleux chevelus étaient au rendez-vous, quelques hipsters/slammeurs également, des filles pas épaisses au premier rang : une belle mixité de publics s’est retrouvée d’accord ce soir.
Dès le premier « Headache » de chauffe passé, la cradingue « Dirty » lance les hostilités dans la fosse : un pogo sans nom, non dénué de sourires, commence pour ne jamais vraiment finir jusqu’au bout du set des canadiens. Une heure folle au cours de laquelle Alex Edkins annonce « Eraser », jusqu’à ce soir jamais jouée en live selon ses dires, qui constitue un des pics de n’importe quoi dans la salle.
Quelques morceaux noisy à souhait passent (« Spit It Out » qui nous fait marrer vu l’état du revêtement de la scène ce soir), jusqu’à la longue et douce intro de « Kicking a Can of Worms », et sa montée irrépressible vers les cimes grind de « Nervous System », magnitude maximale sur l’échelle de Richter. Trois titres encore après cela et un rappel, prévu, sur « Wet Blanket » finissent de désintégrer les neurones. METZ, votre drogue dure en intraveineuse !

DSC08344 metz

DSC08356 metz

DSC08407 metz

DSC08448 metz

DSC08463 metz

DSC08474 metz

DSC08420 metz

Texte et photos : © erisxnyx pour STBC
Remerciements à La Maroquinerie

0 comments on “METZ + Crows (27/10/15) – La Maroquinerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :