Live Reports & Pics

MOTORAMA (26/10/15) – Café de la Danse

C’est plutôt surpris que nous apprenons par la salle, le ‘sold out’ du concert le matin même. Certes MOTORAMA possède une solide ‘fan base’ en France grâce notamment au label bordelais Talitres, mais cela nous étonnait tout de même….
Notre arrivée au Café de la Danse coïncide avec les premières notes du groupe THOUSAND. On comprend alors qu’une partie du public est aussi là pour le groupe français, également protégé du label girondin. Durant une petite heure, le groupe reçoit un retour très favorable de la salle qui semble largement apprécier les mélodies pop/folk du groupe de Stéphane Milochevitch, leader multi instrumentiste talentueux. De notre côté, même si les chansons passent bien, on est plus difficilement emballé par un univers musical un peu trop lisse à notre goût.

DSC09539

On est donc bien content de retrouver nos russes préférés de MOTORAMA qui entament leur set pied au plancher. Rapidement, quelques commentaires fusent du fond de la salle : « plus fort la voix » , « on entend pas la guitare« . Pourtant, et comme toujours dans cette salle, le son était parfait. Attendre de MOTORAMA que son chanteur fasse une démonstration vocale ou que son (talentueux) guitariste balance de gros riffs de guitare, tient d’une méconnaissance évidente du groupe et de son style. Loin de là l’idée d’avoir la prétention d’une quelconque érudition musicale, mais les remarques répétées à plein poumons de la demoiselle qui a sûrement confondu la discothèque voisine « Le Balajo » avec le Café de la Danse, étaient pour le moins irritantes.

Sinon les quatre gars (exit la demoiselle) ont livré un set dans la lignée des performances qu’ils ont l’habitude de donner. Sobres, juste polis entre les chansons de leurs différents albums avec forcement l’accent sur le dernier en date, « Poverty« . Basse omniprésente, nappes de claviers insistantes, une guitare en son clair qui distille de superbes harmonies et une batterie qui soutient sobrement le tout. L’équilibre est parfait. Vladislav Parshin se concentre sur le chant, si particulier, en s’agrippant à son instrument (basse) qu’il échange par moments avec la guitare de son camarade Maksim. MOTORAMA récite sa musique et les quelques instants où le groupe se lâche, sont d’autant plus chouettes qu’ils sont inattendus et surprenants.
Mention spéciale comme toujours aux titres « Alps » et « Empty Bed » qui méritent de figurer dans toutes les playlists ‘best of’ du genre. Une cold wave hypnotique et glaciale, rendue romantique et mélodieuse par une formation qui cultive simplicité et discrétion : les années passent mais la formule reste gagnante.

DSC09550

DSC09583

DSC09576

DSC09564

DSC09551

DSC09579

DSC09593
DSC09565

Texte et photos © STBC
Remerciements au Café de la Danse

0 comments on “MOTORAMA (26/10/15) – Café de la Danse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :