Live Reports & Pics

COURTNEY BARNETT (05/12/15) – La Gaîté Lyrique

Si j’avais une petite soeur, j’aimerais que ce soit Courtney Barnett‘. Réflexion à voix haute entendue au bar de La Gaîté Lyrique samedi soir et qui sur le coup m’a fait sourire. Mais en y repensant, je me dis que ce désir fraternel est certainement la phrase la plus cool prononcée du week-end. La ‘cool attitude’ que dégage la jeune australienne et cette petite touche de désinvolture bien dosée, sont deux éléments clés du fort capital sympathie que dégage la demoiselle. Et puis il y a sa musique, sans laquelle tout ça ne serait que purement anecdotique.

En fait COURTNEY BARNETT a tout compris. En faisant mine d’arriver en 2014 (double EP) avec un rock à guitares plutôt scolaire aux premiers abords, elle met en fait une bonne leçon de songwriting au service de chansons fougueuses et débraillées. Derrière ces airs de petite branleuse du fond de la classe, Courtney sort son premier LP ‘Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit‘ en mars 2015 et confirme alors son talent dans un premier album plein de fraîcheur, qui remet la six cordes au centre du débat. On repense même souvent à notre jeunesse à chemises à carreaux (bon oui, j’en porte toujours..) des 90’s, dans laquelle on retrouvait cette guitare saturée et ravageuse, qui fait la force d’un concert de la rockeuse australienne. En formule ‘power trio’, Courtney et ses deux compères vont dérouler un set parfait, dans lequel on se laisse rapidement porter par le phrasé de la chanteuse racontant ses histoires de la vie.
De manière générale, ça sonne plus préchu que sur album et pour notre plus grand plaisir des titres comme « Dead Fox » ou « An Illustration… » deviennent davantage rentre dedans, tandis que la montée sonore de « Small Poppies » atteint des sommets.

DSC00102

DSC00103

DSC00116

DSC00109

DSC00122

DSC00144

Détendue et à l’aise dans l’exercice (il faut dire qu’elle tourne sans relâche depuis deux ans..) COURTNEY BARNETT échange régulièrement avec la salle qui apprécie son second degré. Elle enchaîne avec « Depreston« , toujours aussi douce et chouette à entendre, puis un « Canned Tomatoes » à en faire palir Kim Deal et ses BREEDERS. « Kim’s Caravan » se mue en une ballade surpuissante sur laquelle C.B se couche littéralement sur son instrument pour en faire sortir toute la puissance d’un final étourdissant. Certainement l’un des meilleurs moments d’une soirée qui arrive sur sa fin. Le hit single « Pedestrian At Best » enfonce le clou en guise de dernier titre avant le rappel.
Un rappel qui débute avec une reprise des SAINTS en compagnie du groupe d’ouverture (au passage, agréable mais sans plus…) BIG SCARY, également originaire de Melbourne. La formule est toujours ‘bon esprit’ et le morceau ‘Know Your Product‘ convaincant. « History Eraser« , désormais presque un classique chez les fans, clôt le set de belle manière avant que les lumières ne se rallument.

Du haut de son début de vingtaine, COURTNEY BARNETT a donné un sacré concert de rock n’roll sincère et lumineux. Un souffle de jeunesse et un talent qui va l’installer à coup sûr durablement dans notre paysage musical. Dis Courtney, tu veux pas être ma petite soeur ?

DSC00142

DSC00139

DSC00125

DSC00158

DSC00166

DSC00165
Texte et photos © STBC
Remerciements à W.Piel et Alter K

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s