Focus

Focus : BAZOOKA, torpille brute …

À l’occasion de la sortie récente d’un nouvel album, parfaitement produit et plein de maturité, focus sur BAZOOKA, nouveaux représentants du rock grec.

Ces cinq dernières années une scène musicale indé semble avoir éclos en Grèce et tend à se faire connaître à l’internationale pour son efficience. L’incarnation de cette scène : des groupes bouillants en pleine ascension, comme BAZOOKA, un trio d’agités qui porte bien le nom de l’arme puissante. Le chanteur Xanthos Papanikolaou et ses acolytes ont quitté Volos, leur ville d’origine, pour la capitale du pays dont le rythme culturel est plus pétulant.

bazooka

L’échappatoire d’une génération sacrifiée
Portes-paroles d’une génération gâchée dans un pays qui connaît une crise économique monumentale, ils expriment leur frustration et leur turbulence à travers la rudesse de leurs sonorités garage psych-punk. Dans leur clip « Useless Generation » l’un d’entre eux s’adresse à ses parents, les remerciant de l’avoir hébergé et nourri, entonnant « maintenant ma nouvelle vie peut commencer ». Mais son enthousiasme est coupé court par une gifle puis, assommé, il se fait trimbaler par le reste du groupe comme si il était mort dans des parties désertes de la ville. La fin du clip est révélatrice : il gît dans une poubelle, le mur derrière est couvert de graffitis. Le sentiment d’anxiété d’une jeunesse désillusionnée infuse donc une musique devenue une véritable échappatoire stimulante, seul moyen d’expression. De la pauvreté, du système éducatif obsolète et de l’avenir professionnel incertain émerge la profusion créative, comme seul moyen d’expression. « C’est difficile pour les jeunes de trouver du travail en Grèce. Mais les jeunes ne sont pas les seuls concernés en fait. C’est impossible de gagner de l’argent ici. Et la propagande qui désigne les grecs comme étant fainéants et dépensiers, c’est n’importe quoi. » expliquent-ils lors d’une interview donnée dans le cadre du documentaire We’re Loud Athens!.

100% faits maisons
Aux côtés de leurs compatriotes ACID BABY JESUS, KOMODINA3, GAY ANNIVERSARY ou encore CHINESE BASEMENT, avec qui ils tournent beaucoup, ils sont les figures d’une effervescence musicale rock’n’roll dans un pays pourtant loin d’être un berceau du genre. Et si tous semblent avoir été biberonnés aux Black Lips ou aux Reatards dont l’influence semble évidente, ils s’inspirent aussi fièrement du folklore grec et l’associent au côté sauvage et sale, très révolté, qu’ils expriment surtout sur scène. Depuis leurs débuts en 2008, la bande décomplexée de BAZOOKA balade sa fuzz de caves en clubs pointus partout en Europe et tous ceux qui les ont vus en concert retiennent une chose : le côté sensuel de leurs prestations. Le chanteur possédé instille la tension dans le public tandis que la formation unique à double batterie assure une sonorité martiale et perçante.

« (…) ils incarnent une effervescence musicale rock’n’roll dans un pays pourtant loin d’être un berceau du genre. »

Un album bouillant et canaille
Leur album « Useless Generation » sorti ce mois de mars chez Slovenly Recordings, brille par sa fougue et son originalité. Onze morceaux emplis d’une certaine arrogance juvénile qui se traduit par des rythmes vifs et enivrants. Leur son crade et lo-fi, saturé de distorsions, a néanmoins une certaine sensibilité pop qui le rend accessible et entraînant. Si les termes de « psychédélique » et « garage » sont souvent la garantie d’un déjà-entendu, BAZOOKA fait la différence notamment avec le choix du grec, leur langue natale qui est criée dans nombreuses de leurs chansons. Et si l’on pourrait douter de l’efficacité de ce langage face aux sonorités turbulentes du rock, il s’avère qu’il accompagne parfaitement leurs riffs empoisonnés et énervés. Il se passe donc quelque chose de fort à Athènes et sa scène contemporaine rock qui mélange avec brio l’influence de décennies de folklore, langage exotique et fureur de vivre sera sans-doute bientôt sur toutes les lèvres.


Page Facebook : https://www.facebook.com/bazookagreece/
Page Bandcamp : https://bazookabzk.bandcamp.com/

Texte de Chayma Mehenna pour STBC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s