Live Reports & Pics

ASTRAL TIDE + WOLVE (16/09/16) – Espace B

Vendredi soir, Paris fait grise mine sous une pluie fine et froide. Il n’y a pourtant pas de quoi être triste, vu la programmation concerts, tous d’excellentes factures ce soir, qui nous pose de sérieux dilemmes. Pendant que je rêve à me démultiplier, je me dirige en première partie de soirée vers l’Espace B, dont l’affiche promet déjà toutes sortes d’étiquettes à la limite de l’abstrait entre doomgaze post-punk et prog-rock onirique : de quoi faire vriller la tête…

Les français de WOLVE ouvrent le bal en formation réduite à trois musiciens sur quatre, devant une audience assez clairsemée. De rock progressif il est donc question, même si le t-shirt du bassiste ne trompe personne, soulignant l’influence évidente de la bande de Zack de la Rocha. Le groupe mériterait sans doute de s’exprimer dans son intégralité, car on le sent limité dans sa setlist, comme à l’étroit dans un vêtement une taille en-dessous. De belles envolées qui s’étirent en longueurs appréciables et une grande sincérité parsèment tout de même ce set, alors que j’attends la suite.

dsc04347-wolve

dsc04368-wolve

dsc04362-wolve

dsc04350-wolve

Car je ne cache pas que je suis surtout venue voir les bien nommés ASTRAL TIDE pour leur tout premier passage en France. Leur premier 12’’ « How Far, Are You Out There? » fraîchement sorti sous le bras, les quatre Berlinois installent le matos avec le sourire, et le brin d’anxiété qui évoque le professionnalisme et le perfectionnisme. Pas de bol, quelques déraillements techniques entre corde qui pète, ampli basse capricieux et micro hasardeux, leur feront à la longue lâcher un « We’re doomed!! »… Mais le public, déjà plus dense et manifestement absorbé, est asséné de grosses trempes sensorielles. La ferveur des garçons est palpable, tangible, comme un doux rêve d’apocalypse sonique qui hypnotise les sens. La fumée qui envahit l’arrière-scène sous un jeu de lumières sombres, parsemé de flashes stroboscopiques, semble opérer tout son possible pour planquer le batteur génial Jonas Duus, que j’avais vu à Cologne il y a quelque mois avec AND YET IT MOVES et qui officie également chez DROEM. La force de frappe du jeune prodige est tout simplement ahurissante, en phase absolue avec cette force magnétique qui circule sur scène à travers chacun, Mark Yeoman et Martino Mostacci aux grattes, et Matthew Potter au milieu à la basse. Des problèmes techniques comme ce soir, on en veut plus souvent…

De grands sourires, des remerciements qui viennent du cœur, une vague ultra positive s’échappent à la fin de ce set ; passée au stand de merch, je quitte la salle vers d’autres horizons parisiens…

dsc04385-astral-tide

dsc04478-astral-tide

dsc04503-astral-tide

dsc04505-astral-tide

dsc04535-astral-tide

dsc04557-astral-tide

dsc04596-astral-tide

dsc04602-astral-tide

Texte et photos © erisxnyx pour STBC
Remerciements à l’Espace B

0 comments on “ASTRAL TIDE + WOLVE (16/09/16) – Espace B

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :