Live Reports & Pics

THE VEILS (29/10/16) – La Maroquinerie

On s’était réellement plongé dans la musique de THE VEILS en 2013, avec la sortie de l’album ‘Time Stays We Go’ qui nous avait charmé, avant que le groupe enfonce le clou lors d’un concert au Divan du Monde. Trois ans plus tard, le groupe sort son cinquième album studio, ‘Total Depravity’, qui semble faire l’unanimité auprès des fans de la première heure comme des plus récents, séduits notamment par une approche plus électronique.
Samedi soir La Maroquinerie n’est pas loin d’afficher complet et il fait déjà à peu près 47 degrés (ouai bon ok on en rajoute un peu….) à l’intérieur de la salle.
Finn Andrews et sa bande arrivent sur scène et se plonge immédiatement dans les titres de leur dernier LP. Le son est limite trop fort et sera réglé au juste volume après deux/trois titres. Sinon c’est musicalement parfaitement en place, THE VEILS n’est pas un groupe de jeunes premiers et maîtrise parfaitement sa musique. Bien entendu son leader/chanteur/guitariste capte toute l’attention de la salle (même si j’en connais un ou deux qui regardaient plutôt du côté de la bassiste..). Le chapeau, comme à son habitude, visé sur la tête (et si en fait il était chauve ?!), Mr Andrews sue dans sa veste et fait transpirer toute sa musique en la vivant comme jamais. Les yeux souvent fermés ou le regard parfois perdu dans le vide, le néo zélandais ne triche jamais et sait partager son émotion, sa musique. On aime.

the-veils-03

the-veils-02

the-veils-01

Même si les titres plus anciens restent à notre goût les plus efficaces (‘Nux Vomica’, ‘The Pearl’, ‘Not Yet’) , le récent single ‘Low Lay The Devil’ ou la boucle électro de ‘King Of Chrome’) sont sacrément efficaces, tandis que ‘Iodine & Iron’ se mue en parfaite love song avec son refrain bercé de guitare slide. Capable de fulgurance rock n’roll comme d’agréables pop/folk songs, THE VEILS trimbale la salle avec le talent qu’on lui connaît.
Un court passage par les loges au bout d’une heure et Finn Andrews revient, sans surprise, seul avec sa guitare nous rappeler au bon souvenir du premier album datant de 2006 en interprétant ‘Lavinia’ et un autre titre en solo. La conclusion sera sauvage (même si la version aurait pu s’étirer davantage) avec ‘Jesus for the Jugular’ qui secoue toujours autant les tripes et permet de terminer le concert avec le visage le plus rock de THE VEILS.
Un groupe sincère, un gars charismatique au micro et de bonnes chansons, ça fait déjà pas mal pour un seul groupe. On y retournera avec plaisir.

the-veils-06

the-veils-08

the-veils-07

the-veils-09

the-veils-11

the-veils-15

Remerciements à Boogie Drugstore et La Maroquinerie
Photos © Bastien Amelot pour STBC
Texte M.A pour STBC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s