Live Reports & Pics

WOODEN SHJIPS + THE JABBERWOCKY BAND (02/11/16) – Petit Bain

On y est, le mois de novembre déboule et on passe aux concerts avec la grosse veste. Pour nous réchauffer mercredi soir on avait opté pour la soirée psyché de PETIT BAIN, concurrencée par une belle offre de concerts dans la capitale en ce milieu de semaine. Au delà du plaisir de retrouver Ripley Johnson et sa bande, on s’est pressé d’arriver dans les temps pour ne pas louper THE JABBERWOCKY BAND en première partie.

Si l’on a pris l’habitude de croiser régulièrement le groupe sur diverses dates parisiennes, ce nouveau rendez-vous sur la péniche a été une nouvelle occasion d’apprécier son univers musical. Sans artifice et précis dans l’exécution de chaque titre, THE JABBEWOCKY BAND évolue sereinement dans son psyché rock et dégaine facilement le bon riff qui fait secouer nos têtes. Les titres s’étirent toujours aussi facilement et l’apport de ce qu’il nous semble être un nouveau membre, bidouilleur d’effets et agitateur habité de maracas et tambourins, donne un visuel plus attractif à la performance générale. Mention spéciale au redoutable batteur à la frappe aussi précise que déterminée. Bravo.

jabberwocky-band-01

jabberwocky-band-08

jabberwocky-band-07

jabberwocky-band-06

jabberwocky-band-05

jabberwocky-band-04

jabberwocky-band-03

jabberwocky-band-02

Nous avions laissé WOODEN SHJIPS en décembre 2013 après un concert au Point F et c’est plutôt avec surprise que l’on a accueilli l’annonce de ce Petit Bain, sans nouvel album à défendre. Peu importe, on est prêt à les écouter et en balançant d’entrée « Black Smoke Rise », un de leurs meilleurs titres datant de 2011, on plonge d’entrée la tête la première dans le répertoire des californiens. La formule est simple, voire basique. Des intros à grands coups de guitares, une rythmique simpliste relevée par un clavier lancinant, une voix bercée par la reverb’ et cette guitare, qui part dans des aériennes envolées solos, le pied sur la pédale. Pour parfaire complètement cet univers psychédélique, WOODEN SHJIPS se cache sous des effets de lumière dignes des meilleurs psychotropes.
Une description globale qui parait être un cliché du genre, un stéréotype absolu d’un concert psyché. Les gars de San Francisco s’en fichent pas mal, ne savent pas faire autrement et puis surtout, ils le font bien. Car si parfois on peut reprocher une certaine redondance à leur musique, elle reste un formidable vecteur à émotions et un voyage psychédélique enivrant. Ne pas s’aventurer dans des choses que l’on ne maîtrise pas et s’appliquer dans ce que l’on sait faire, tel pourrait être la devise de WOODEN SHJIPS.

wooden-shjips-01

wooden-shjips-03

wooden-shjips-02

wooden-shjips-06

wooden-shjips-07

Photos © Bastien Amelot
Texte M.A
Remerciements à Petit Bain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s