Interviews

Interview : FEWS

Avec un premier album ‘Means‘ redoutable et des performances live dévastatrices, FEWS a sauvagement déboulé dans notre univers musical en 2016 pour ne plus le quitter. A l’occasion de leur première partie des Pixies le mois dernier et avant une date attendue au Supersonic cet hiver (22 février), interview éclair des quatre gars.

dsc07525-fews

FEWS au Point Éphémère le 26/05/16

STBC : Salut, nous c’est STBC, pour Spin The Black Circle, on fait tourner la musique quoi. Et vous FEWS, qu’est-ce que ça vous évoque, pourquoi ce nom ?

FEWS : C’est un chouette nom. Il ne veut rien dire de particulier, mais il rend vachement bien.

Vous venez d’horizons différents (UK, US, Scandinavie), d’ailleurs la dernière fois qu’on avait discuté à la Maroquinerie, vous viviez dans des villes différentes. Pas trop galère pour les répèt ou l’écriture des morceaux ?

Oui en effet, ça n’a pas changé depuis. En fait, ça fonctionne très bien comme ça. Ce n’est même pas un problème du tout en termes de répétitions, puisqu’on ne répète pas ! En termes d’écriture, on peut aussi bien s’envoyer nos idées par internet, et au besoin s’organiser une session en personne, en sautant dans un vol pas cher.

Vos concerts sont assez physiques, vous faites du sport pour tenir une forme pareille ?!

Hahaha, c’est une question sérieuse ?! Ouais, on a tous les trois une véritable passion pour la streetluge. Mais rapide.

L’un de vous a-t-il fait des études de musique, ou bien est-ce que toute cette énergie déployée provient des tripes et vient sur le tas ? Les deux sont-ils complémentaires peut-être selon vous ?

Sans citer de noms, certains d’entre nous ont de bonnes bases théoriques oui, et d’autres pas du tout. Au final, les idées fonctionnent ou non. Elles s’assemblent, puis deviennent soit des monstres que nous gardons, soit des étincelles qui s’éteignent toutes seules. Comme je te disais, ça fonctionne très bien comme ça.

DSC08765 fews

Fews à La Maroquinerie le 02/03/16 (report)

« Ill » est le dernier titre de votre premier album ‘Means’, et se retrouve également en fin de la plupart de vos setlists (toutes ?). Il mérite assez bien son nom (« malade ») ; l’intention semble être de laisser un dernier goût assez monstrueux, dans l’urgence, l’explosion, l’expérimental limite punk… ?

Tout à fait. Ou alors il n’y a pas de dernier goût en bouche. Mais oui, évidemment, l’idée est de terminer les concerts sur un climax. Comme pour le sexe.

C’est ce soir votre quatrième passage à Paris (tous en 2016) après une Maroquinerie et deux Point Ephémère, mais cette fois sur une scène immense. Vous attendez-vous à de gros changements ? Comment percevez-vous ce succès rapide ?

Ouais c’est complètement fou ce qui nous est arrivé au cours de cette année, y compris ouvrir pour un groupe énorme comme les PIXIES. Pour moi, on délivre sensiblement le même concert dans ces salles que sur une petite scène, dans une cave je sais pas où. On bénéficie simplement d’un espace nettement plus grand pour répandre notre gros n’importe quoi !

Si vous aviez un pouvoir magique ?

On veut chacun des pouvoirs différents, mais tu sais, les plus évidents.

Avez-vous vu un concert époustouflant récemment ?

THEE OH SEES au End of the Road Festival, début septembre. C’était assez sauvage.

Une salle dans laquelle vous aimeriez jouer ?

Je pense qu’on en a bien fait le tour sur cette tournée à vrai dire. Cela étant, on veut encore faire un maximum de festivals, c’est toujours une ambiance géniale.

Propos recueillis par @erisxnyx
Remerciements à H.I.M Média

0 comments on “Interview : FEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :