Live Reports & Pics

CYMBALS EAT GUITARS + BRACE! BRACE! (21/02/17) – Point Éphémère

Il y a 2 ans, on découvrait les new-yorkais de CYMBAL EAT GUITARS dans ce même Point Ephémère alors qu’ils défendaient leur troisième LP, finissant leur concert sur les rotules après un set incendiaire. Aujourd’hui, le quatuor est de retour pour présenter son 4éme effort ‘Pretty Years’, et logiquement, on est au rendez-vous !

La première partie est assurée par les ptits frenchies de BRACE! BRACE!, valeur montante d’une nouvelle scène garage, signée chez le label Howlin Banana Records. La salle n’étant pas remplie, les premiers morceaux peinent un peu à saisir le public, mais l’assurance avec laquelle les 4 garçons laissent parler leur musique donne déjà lieu à de bons moments. Le groupe joue avec une certaine insouciance pop, pour mieux rebondir et insérer quelques purs riffs garage, laissant des nappes noisy ou psyché venir recouvrir le tout. Dans les meilleurs moments, ça ressemble à un bœuf idéal entre Mac DeMarco et la crème du fuzz californien et mine rien, être en passe de réussir le pari au bout de second EP, c’est propre !

brace-brace-01

brace-brace-04

brace-brace-05

brace-brace-06

brace-brace-08

brace-brace-07

Viens le moment des retrouvailles avec CYMBALS EAT GUITARS, alors que le public un peu parsemé s’est enfin approché de la scène. Comme souvent peu loquace sur scène, le band introduit rapidement le set par le dernier single en date « Finally » puis embraie directement sur les riffs furieux de « Warning ». Que c’est bon de retrouver le groupe là où on l’a laissé, toujours aussi dense et méticuleux dans ses compositions, s’épanouissant dans un imaginaire pop mélancolique oscillant entre joie et noirceur. Entre l’éclatante « Shore Point », la déchirante « And the Hazy Sea », les refrains enflammés de « 4th of July » ou la nonchalance de « Have a Heart », le groupe déroule son rock complexe avec une envie intacte. La géniale « Jackson » viens nous achever à peu avant la fin du set.
En guise de rappel, Joseph D’Agostino revient jouer tout seul une version dépouillée de la touchante ballade « Child Bride », clôturant ainsi le concert. Et de nous rappeler qu’apprivoiser la complexité de CYMBALS EAT GUITARS nous avait pris du temps, mais que le retour en bouche est toujours aussi formidable !

cymbals-eat-guitars-00

cymbals-eat-guitars-07

cymbals-eat-guitars-06

cymbals-eat-guitars-05

cymbals-eat-guitars-04

cymbals-eat-guitars-03

cymbals-eat-guitars-02

cymbals-eat-guitars-01

cymbals-eat-guitars-09

cymbals-eat-guitars-12

cymbals-eat-guitars-11

cymbals-eat-guitars-10

Photos et texte © Bastien Amelot pour STBC
Remerciements au Point Ephémère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s