Live Reports & Pics

WOODS + Gloria (27/03/17) – La Maroquinerie

La Maroquinerie se remplit doucement pour la première partie du jour, GLORIA. La scène est bien dense puisque le groupe est venu à six. Déjà croisé à plusieurs reprises, les franciliens proposent une entrée en matière plutôt agréable. Toute en douceur, leur musique rappelle la pop sucrée des sixties. Ils prennent visiblement plaisir à jouer ensemble, se faisant des clins d’œil et agitant langoureusement les bras en rythme. Mission accomplie, la bonne humeur est diffusée dans toute la salle pour le reste de la soirée.

C’est maintenant WOODS qui débarque avec en capitaine Jeremy Earl, lunettes vissées sur le nez, bonnet bien posé et barbe fournie, prêt à affronter la mer et nous emmener tous en voyage. Un grand voyage aux parfums psychédéliques mais pas que…

Si le groupe ne communique pas du tout avec le public entre les morceaux, le flot d’émotion raffinées que nous offre leur chanteur est bien plus qu’une compensation. On en reste à l’essentiel : la musique. Et de ce côté-ci, c’est plutôt excellent. Le groupe semble pouvoir jouer dans tous les registres sans s’égarer en chemin. Pourtant loin de la côte du déjà vu et déjà entendu, nul besoin de phare, de carte ou de compas, tout semble intuitif. On passe d’un jam psyché intense et d’une richesse inouïe, chaque membre ajoutant son petit grain de folie, à une ballade folk toute en douceur, le tout le plus naturellement du monde. Sur le superbe « Can’t see at all » le clavier vient compléter parfaitement la guitare acoustique : magnifique. Les riffs de guitare sont joués avec délicatesse mais aussi avec une énergie et une force euphorisante, comme une douce et vivifiante brise des mers du sud.

Les titres du dernier album tiennent une bonne place dans la setlist et on ne va pas s’en plaindre. Les arrangements de trompette sont également du plus bel effet, apportant encore un peu plus de variété à un ensemble qui nous invite un peu plus au voyage de l’esprit. Le groupe n’a pas besoin de parler pour se comprendre : un petit regard échangé et tout est dit. La musique de WOODS est millimétrée mais loin d’être aseptisée. La symbiose est parfaite. Le public ne s’y trompe pas et offre un tonnerre d’applaudissement pour le faire revenir après l’ultime morceau.

Les musiciens s’exécuteront pour quelques morceaux supplémentaires du meilleur goût. Un EP est à sortir bientôt et on a hâte d’écouter ça. La soirée fut belle.

Photos et texte © Nicolas Bauclin pour STBC
Remerciements à Total Blam Blam et La Maroquinerie

0 comments on “WOODS + Gloria (27/03/17) – La Maroquinerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :