Live Reports & Pics

LA ROUTE DU ROCK (18,19 et 20/08/17) – St Malo

Qu’elle était belle sur le papier cette 27ème collection d’été de LA ROUTE DU ROCK. Unanimement, une des meilleures programmation estivale que Saint-Malo ait jamais proposé. Une semaine après l’événement, qu’en reste-t-il ? A-t-elle été à la hauteur des attentes ? Voici de façon absolument pas objective ce que l’on a retenu de « notre » ROUTE DU ROCK.

A LA HAUTEUR DE NOS ATTENTES…

Si la reine PJ HARVEY a sans conteste attiré la foule au fort de Saint Père, Polly Jean a été à la hauteur. Du moins de ce qu’elle est à présent : une icône de la musique indé, engagée, mystérieuse et ensorceleuse. Même si on aimerait qu’elle redevienne plus sauvage, il est difficile de ne pas se laisser porter par tant de grâce et de magnétisme.
L’autre grand moment de classe de cette ROUTE DU ROCK, on le doit à INTERPOL. Paul Banks et ses gars sont venus donner la grande messe pour célébrer les 15 ans de l’album « Turn On The Bright Lights ». Une heure et quart de rock lumineux, parsemée de tubes en puissance de la part d’une formation au sommet de son art.
Notre troisième concert de THEE OH SEES en 3 mois a été un nouveau grand moment de folie. Le set millimétré à deux batteries a une nouvelle fois tout retourné sur son passage, avec un John Dwyer bien plus inspiré que lors de son dernier passage sur cette même scène en 2014.
Avant les californiens, c’était le rendez-vous avec IDLES. La claque annoncée a été plus violente que prévue. Dès les premières notes, le groupe de Bristol nous a pris à la gorge pour ne nous lâcher qu’une heure plus tard. Bilan : le groupe le plus sauvage de cette édition. Punk is not dead.
On avait un peu peur pour THE JESUS AND MARY CHAIN sur la grande scène, la crainte d’un set trop « mollasson ». Erreur ! Les écossais ont montré tout leur savoir-faire en livrant un concert intense, tout en progression sonique, pour terminer sous un mur de guitares noisy. De quoi avoir envie de se replonger dans leur discographie.
Sans surprise, TY SEGALL et ses gars, tout de rouge vêtus, ont livré un pur set de rock’n’roll dévastateur qui installe encore davantage le californien parmi les plus grands musiciens et songwriters de sa génération… Même si on aurait apprécié retrouver d’anciens titres, là où le blondinet a préféré nous attaquer sur les nouveaux morceaux de son prochain album.
On retiendra également le concert de YAK avec des anglais toujours aussi sauvages, au service d’un rock abrasif et sans concession, tout comme la performance déglinguée de Lias Saoudi chez THE MOONLANDINGZ, qui confirment que ce groupe complètement fou est un peu plus qu’un simple projet parallèle.

PJ HARVEY

Ce diaporama nécessite JavaScript.

THEE OH SEES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

THE JESUS & MARY CHAIN

Ce diaporama nécessite JavaScript.

IDLES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

INTERPOL

Ce diaporama nécessite JavaScript.

YAK

Ce diaporama nécessite JavaScript.

THE MOONLANDINGZ

Ce diaporama nécessite JavaScript.

TY SEGALL

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

DES MOMENTS COOLS…

Nos chouchous de PARQUET COURTS nous ont fait plaisir sans pour autant livrer leur meilleure prestation. Peu importe, ils ont joué « Master Of My Craft » et ça nous suffit.
CAR SEAT HEADREST ne cessent de prouver leur talent au fil de ses apparitions scéniques et s’installent définitivement dans notre paysage musical. Un set plaisant malgré une foule de plus en plus compacte. On a vu FOXYGEN d’un peu loin en arrivant le premier jour. Si leur dernière performance au Trabendo nous avait enchantés, la grande scène de LA ROUTE DU ROCK a semblé un peu grande pour eux et le son s’éparpillait sous les coups de vent breton.
THE PROPER ORNAMENTS et ANGEL OLSEN ont parfaitement rempli leur rôle. Les premiers avec une collection de titres psyché folk parfaits pour l’ouverture de la dernière journée. La seconde en nous trimballant entre mélodies apaisées et moments plus exaltés, pendus que nous étions à son radieux sourire.
Le trio de Baltimore FUTURE ISLANDS, dont le dernier passage à l’Elysée Montmartre reste un bon souvenir, a réussi à tenir son statut de tête d’affiche du second soir. Cela dit, on finit un peu par se lasser de sonorités redondantes et de l’absence totale de guitares, même si l’engagement et la ferveur de Samuel T. Herring, monstre de scène, ne cesse de nous épater.
Pour TEMPLES, on a vécu ça volontairement de loin. Si l’on reconnait la qualité globale du premier album, l’attitude scénique froide et hautaine des anglais nous a toujours refroidis. Le fait est qu’à la faveur de davantage de détachement, leur set de samedi est passé sans fausse note.

PARQUET COURTS

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CAR SEAT HEADREST

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ANGEL OLSEN

Ce diaporama nécessite JavaScript.

FUTURE ISLAND

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

ON A FINI AU BAR…

On est toujours passé à côté d’ARAB STRAP et ce n’est pas leur retour à LA ROUTE DU ROCK qui nous a permis de rattraper le retard. On a eu du mal à rentrer dans ce set assez hermétique… Tout comme devant MAC DEMARCO qui a beau être le mec le plus cool du monde, il nous laisse globalement insensibles au niveau musical ; même au son d’une improbable reprise de Vanessa Carlton !
Assister à un live des BLACK LIPS trop loin de la scène, ça perd de son intérêt. D’autant plus que depuis notre position, le son était beaucoup trop brouillon pour y prendre un minimum de plaisir. Les mecs ont fait le job, mais au final : Bière 1 – Black Lips 0.
Pas de miracle non plus devant COLD PUMAS. Si les anglais avaient pourtant quelques cartouches alléchantes, leur noise-rock ne nous a jamais vraiment fait décoller. Un set qui manquait globalement de relief et d’envolée scénique. Côté electro, on a fait l’impasse. On vieillit mal ou on boit trop, les deux peut-être… Petit regret tout de même sur SOULWAX qui a paraît-il donné un des meilleurs concerts du festival.

ARAB STRAP

MAC DE MARCO

Ce diaporama nécessite JavaScript.

COLD PUMAS

BLACK LIPS

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

LE BILAN ….

Tous les voyants étaient au vert pour cette ROUTE DU ROCK été 2017. La prog’ impeccable de l’été pour notre festival préféré, que demander de mieux …. Malgré tout, cette édition ne restera pas comme la meilleure pour la team. Peut-être parce que finalement on avait déjà quasi tout vu, tout entendu à plusieurs reprises et que l’effet de surprise n’était pas là. Clairement on pinaille et ce qui peut ressembler à une forme de blasage, n’est en fait que le résultat d’une trop forte attente depuis quelques mois. On l’avait certainement trop fait avant dans notre tête cette ROUTE DU ROCK. On l’a vu sublime, elle était juste belle et c’est déjà beaucoup.

Remerciements à La Route du Rock
Photos © Bastien Amelot pour STBC
Texte M.A pour STBC

0 comments on “LA ROUTE DU ROCK (18,19 et 20/08/17) – St Malo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :